Hors saison

Nous aimons venir hors saison
A deux pas de la côte dalmate,
Quand le soleil à l’horizon
Projette des reflets écarlates.
Les goélands de la grève blanche
Vont et viennent sur le rivage,
Nous fixons les barques étanches
Que tirent les enfants sur la plage.

Le restaurant vend des strucklis,
Un vin de pays accompagne
Les fromages maigres de brebis,
On se croirait à la campagne.
Quelques adolescents du coin
Semblent passer leur vie sur l’eau,
Leurs voix portent comme un écho
Des grandes manœuvres de marins.

On fait la sieste sur un transat
A l’ombre des pins, des lauriers,
On laisse passer l’heure exacte
A l’écoute des becs-croisés.
Quand au besoin on ouvre un œil
Sur le monde qui nous entoure,
On voit passer un écureuil
Dans la lumière bleutée du jour.

Au loin les cris de Dubrovnik
Se perdent au milieu des voiles,
Les lagunes bleues et les criques
Aspirent toute la mer étale.
Nous n’sommes ici que pour compter
Les crabes et les coquillages
Que la marée nous a légués
D’un court reflux en héritage.

Il est encore tôt pour marcher
Entre les rochers et la mer
Le long du sentier des douaniers
Qui serpente entre les ornières.
Nous irons peut-être demain
Nous promener sur une grève,
Essuyer quelques jolis rêves
Avec une serviette à la main.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website