Le corps de ma mère

Quand on lui demandait son âge,Lamia détournait les yeux.On ne voyait pas son visage,Les femmes sont le secret de Dieu.Ses filles ne savaient pas vraimentSi elle avait aimé leur père,Il n’restait plus beaucoup de tempsAvant de percer ce mystère. Le corps de ma mère,Je n’le connais pas.Elle vit sur cette terreFidèle à sa loi. Lorsque […] Lire la suite

Et on va où ?

A Salzbourg en plein festivalOù Saint-Jacques sonne encore les vêpres,On a emmené à l’hôpitalUn migrant atteint de la lèpre.« Le malade n’est pas contagieux »,Ont diagnostiqué les médecins.Ce n’est pas l’avis de certainsEt Mozart n’en croit pas ses yeux. En haut d’un muret de pierres sèches,On voit une main qui dépasse,Un bras et bientôt une mèchePuis une […] Lire la suite

Retrouvailles

S’étant aperçueQu’il ne l’avait pas vue,Elle se cacha rapidementDerrière les rideaux du salon.Il portait un costume blancEt dans son imaginationElle n’aurait jamais penséQu’il puisse avoir ainsi changé. Tous les invitésSe pressaient vers le bar.Lentement il se mêlaA la foule dans le brouhaha.Comme une promesse dans le noir,Le jasmin parfumait le soir.A distance elle entendaitNettement le […] Lire la suite

Succession

J’ai cru voir aujourd’hui une ombreDerrière les rideaux du salon,Un de ces fantômes qui encombrentLes souvenirs de la maison.Et maintenant que nos ancêtresNe vivent que dans notre mémoire,J’aimerais autant disparaîtreDe ce pays sans faire d’histoires. De la multiple descendanceNée de l’union des Barton Smith,Il reste quelques bouts d’enfanceQue tous nos cerveaux enfouissent.Certains veulent vendre tout […] Lire la suite

Aiko et Hiroshi

Perdu dans la foule du métro,Hiroshi jouait des épaulesEntre tous ces corps qui se frôlentEt descendit à Hamacho.Il s’engagea dans la ruelleEgarée au cœur de TokyoEt partit rejoindre AikoPour lui annoncer la nouvelle. Quand elle apprit que son mariVenait de perdre son boulot,Aiko lui dit aussitôtDe n’pas trop se faire de soucis.« Cela arrive à tout […] Lire la suite

Au restaurant

Aux quatre saisons On déguste quand il fait froid Un superbe pot-au-feu maison Avec une bouteille de Mara. La patronne a des yeux charmeurs Quand elle dévisage les clients, Les habitués comme les skieurs Qui la saluent en souriant. Dans la grande salle Une quinzaine de tables sont dressées, Les demi-pensionnaires s’installent A l’angle de […] Lire la suite