David Grossman

David Grossman est un auteur israélien surtout connu en France pour son roman « Une femme fuyant l’annonce » qui a obtenu le prix Médicis étranger en 2011. Ce long roman qui raconte l’histoire d’une femme s’enfuyant avec son ex-compagnon dans le désert pour ne pas apprendre le possible décès de leur fils parti à la guerre est fort émouvant mais je n’ai pas complètement adhéré à cette errance compassionnelle et la fin m’a un peu déçu. J’ai préféré « Un cheval entre dans un bar » où un professionnel du stand up, sous couvert d’un numéro comique où affleurent blessures et dérision, dévoile le destin de ses parents. J’aime aussi beaucoup « l’enfant zigzag » où Nono, âgé de treize ans, est emmené par un gentleman-cambrioleur dans des aventures picaresques et pétaradantes. Ce roman d’apprentissage est vraiment délicieux. Ce qui me plaît en fait chez cet écrivain, c’est cette capacité à ne pas se répéter, cette faculté d’imagination qui lui permet de traiter sur tous les tons, ironiques ou tragiques, des sujets très différents les uns des autres.