Défense de l’art irlandais

Art irlandaisEntre les piliers et les tables
De la grande salle des enchères,
S’étaient rassemblés des notables
De la province du Leinster.
Le commissaire-priseur John Cork
Demanda bientôt le silence,
Pour éviter que l’on extorque
Quelques parieurs sous influence.

« Avant que d’ouvrir la séance,
Je vous invite à apprécier
Les pièces qui vous sont présentées,
Œuvres d’art, ouvrages de science.»
Mister Kelly et son aïeule
Tournèrent ainsi quelques minutes
Entre des tableaux et des meubles
Qu’il faudrait enlever de haute lutte.

On amena le premier lot,
Une anthologie de Barney,
Dont les volumes furent adjugés
Dès le second coup de marteau.
Pêle-mêle on soumissionna
A la voracité publique
Une aquarelle au petit chat
Et quelques maillots gaéliques.

Après avoir chauffé la salle,
Le commissaire éleva la voix :
« Nous passons aux morceaux de choix,
De Kavanagh les dernières toiles. »
Kelly entra alors en piste,
Attaquant à dix mille euros
Sur une marine de l’artiste,
Une flottille entourée d’eau.

La mise monta beaucoup plus haut,
Mais Kelly ne désarmait pas.
Il enchérit sur cette somme-là
Que l’on déduirait des impôts.
A la fin, John Cork remercia
Tous les participants idoines
Qui avaient œuvré dans le froid
A la défense du Patrimoine.