La bâtarde

Dans une langue fleurie et compulsive, Violette Leduc préfigure, avec beaucoup de talent, la mode de l’autofiction, quand ce n’était pas encore une mode. De mère roturière, n’ayant pas connu son père , elle raconte sa vie de femme et ses fréquentations homosexuelles, qui regarde ses amants et ses amis avec un regard de femme complexée par sa laideur, toujours en quête d’un amour absolu. Ne vous laissez pas décourager par la longueur du livre, cela vaut la peine et la préface de Simone De Beauvoir est à la hauteur de cette confession . Allez aussi faire un tour sur le web voir la photo de cette écrivaine hors norme.