L’enterrement de Jimmy Grant

Jimmy GrantLa chemise que Susie portait
A l’enterrement de Jimmy Grant
Avec ses couleurs écarlates
Me semblait un peu déplacée.
Susie n’avait jamais appris
A pratiquer avec mesure
Le tact et promenait ici
Son goût pour la désinvolture.

Entre les tombes on remarquait
Les amis du héros du jour,
Alignés comme des piquets,
Stoïques et attendant leur tour.
Perdu au milieu de la lande,
Le cimetière était parsemé
De croix blanches entre les allées
De ce petit lopin d’Irlande.

Quand le cortège s’approcha,
Ses frères soulevant le cercueil,
Le prêtre aux dents jaunes ânonna
Lentement la prière de deuil.
Le soleil, la douceur du soir,
Tombaient en silence sur les fleurs
Et Susie sortait son mouchoir
Pour faire part de son malheur.

Les oncles venus de Dublin
Semblaient perdus parmi la foule.
Les femmes pleuraient derrière leurs mains
Avec des épaules qui s’écroulent.
On entendait dans le lointain
La vie pousser dans la campagne,
Le hurlement d’un chien qui gagne,
Le cri des mouettes dans les salins.

Il y’avait bien quelques nuages
Au-dessus des têtes et des cœurs,
Comme un immobile héritage
Après la pelle du fossoyeur.
Et quand le rituel catholique
Plaça à jamais sur le dos
Jimmy Grant le grand hérétique,
Susie éclata en sanglots.