Mexico

Sur la grand place de Zocalo,
Maria va au mont de piété
Echanger contre des pesos
Les souvenirs de Juan Jose.
Dans son sac elle a entassé
Trois chemises et le sombrero,
La bague donnée en cadeau
Et une vierge de Guadalupe.

Quand tu r’viendras
A Mexico,
Ne m’oublie pas,
Je suis là-haut.

Elle avait rencontré Jose
Quand il venait de son pueblo
En paisano désoeuvré
Tenter sa chance à Mexico.
Elle marche sans se retourner,
Quand elle croise quelques visages,
Elle tend au monde défiguré
Un masque de femme sans âge.

Quand tu r’viendras
A Mexico,
Ne m’oublie pas,
Je suis là-haut.

Dans la queue qui mène au guichet,
Un p’tit niño lui tend la main,
Elle fouille au fond de son chagrin
Et lui tend une pièce de monnaie.
Quand elle aura tout mis au clou,
Il lui restera comme fortune
De quoi survivre pour trois sous
Quelques mois au clair de la lune.

Quand tu r’viendras
A Mexico,
Ne m’oublie pas,
Je suis là-haut.

Quand elle apportait les conchas
Que Juan trempait dans le café,
Elle ne sentait pas la menace
Qu’un jour il pourrait la quitter.
Maintenant, c’est en Amérique
Qu’il a trouvé l’El Dorado,
Il pose du ciment et des briques
Sur les toits de San Francisco.

Quand tu r’viendras
A Mexico,
Ne m’oublie pas,
Je suis là-haut.