New York 2008

NewYorkUn écureuil à quatre pattes,
Dans les jardins de Central Park,
Poursuit les joggers et leurs nattes
Qui flottent au vent entre les marques.
Dans l’oasis verte entourée
De hautes tours blanches qui surveillent
La lente plongée du soleil,
Les femmes courent après l’été.

Sous les néons près de Times Square,
Des garçons polis et replets
Attendent les guys du Delaware
Pour vendre les derniers billets.
Le bus qui roule vers Downtown
Emporte quelques touristes anglais
Qui vont et viennent dans Manhattan
Comme s’ils étaient dans la Cité.

Un peu plus loin près de Wall Street,
Les traders suent à grosses gouttes,
Et vendent IBM en déroute
Pour se porter sur d’autres titres.
Le week-end ils iront chercher
De la fraîcheur à Brighton Beach,
Et des bimbos russes haut perchées
Feront battre leur cœur en friche.

Le long de la quarante-deuxième
On a fermé tous les tripots,
Fini le temps de la bohême,
Les femmes ne montrent plus leur peau.
Quelques clubs de jazz subsistent
Entre les doughnuts et les glaces,
Les doigts blêmes d’un guitariste
Se promènent au pied du palace.

Pour fêter ici comme ailleurs
Les anniversaires du D Day,
On ressortira les couleurs
Des foules blanches et métissées.
Les New Yorkais défileront
A cinq heures de l’après-midi,
Et dans les rues s’envoleront
Les ailes bleues des confettis.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website