Sécheresse

Sécheresse
Dans la brume, le Tikolosh
Avait avalé un galet
Et taillé une grande encoche
Sur le tronc de l’arbre aux méfaits.
Silencieusement comme un chat,
Invisible, il se déplaçait
Au-dessus des lances qui gardaient
Les huttes de la manyatta.

Tous deux allongés sur une natte,
Kirui et Kaninu rêvaient
Qu’ils frôlaient dans l’eau la peau mate
Des esprits de la nuit sacrée.
Entre leurs lèvres s’échappaient
Quelques gémissements craintifs,
Comme un bâillement échappé
D’un lion de la vallée du Rift.

Dehors, les veaux et les brebis,
Excités par le Tikolosh,
Attendaient tremblants que la pluie
Vienne mouiller la peau des roches.
Les maïs jaunes des Kikuyus,
Squelettiques comme des sorghos,
Rivés au sol, secs et tendus,
N’étaient plus la proie des oiseaux.

Le matin, il n’y eut rien d’autre
Qu’un prolongement des ténèbres,
Une suie de nuages où se vautrent
Des éclairs blancs comme des zèbres.
Puis soudain, le ciel souleva
Une aile de vent et la poussière
Surgit dans un souffle éphémère
Sur le village du Kenya.

La foudre innée de Tikolosh
Frappa la hutte de Kirui
Comme une bouffée d’incendie,
Un feu nourri sous une broche.
Bientôt l’orage tant espéré
Engloutit toutes les étincelles,
Sur les visages ruisselait
La mousson qui tombait du ciel.

Le Tikoloshe, Tokoloshe ou Hili (du Xhosa utyreeci ukujamaal), est un esprit maléfique lié à l’eau dans la mythologie zoulous. Il peut devenir invisible en avalant un galet.