Soixante heures de cours par semaine

Après le chemin de l’école
Qui longe l’étang et le square,
Yun cavale comme une folle
Pour ne pas manquer l’autocar.
Elle part tôt pour le hagwon
Avec Haeyun ingurgiter
Les auteurs et les épigones
Qui ont bâti la grande Corée.

C’est juste un cours de complément
Où on rattrape certains soirs
Le programme et tous les retards
Qui naissent avec les sentiments.
Après trois soirées en cadence
En plus des leçons régulières,
Ses parents peuvent être fiers
D’avoir une fille en avance.

Elle a maintenant dix-sept ans,
Et du plus loin qu’elle se souvienne,
Elle a travaillé tout le temps
Plus de soixante heures par semaine.
Et Yun récite sans s’arrêter
Les cinquante noms des Etats
De l’Amérique où elle ira
Plus tard à l’université.

Dans la cour de récréation,
Elle parle parfois avec Gitae,
Un tire-au-flanc qui a raté
L’année dernière une admission.
Elle sortirait bien avec lui
Quelques soirées pour s’amuser,
Mais ce n’est rien qu’un malapris,
Il ne faut pas se disperser.

Quand elle s’assied à son bureau
En soulevant haut son couvercle,
On voit collées en demi-cercle
Ses notes avec un coquelicot.
Il ne lui reste plus qu’un an
Pour atteindre son idéal
Et arborer sans un tourment
Un air de fierté national.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website